Selected Article

Title

Genesis and taphonomy of the archaeological layers of Pedra Furada rock-shelter, Brazil

Description

Les nouvelles recherches sédimentologiques et taphonomiques conduites sur le bloc‑témoin de l’abri de la Pedra Furada mettent en évidence la double origine du remplissage, provenant de la paroi gréseuse et des niveaux conglomératiques supérieurs. Les données quantitatives et qualitatives concernant les chutes d’eau et le contenu archéologique du site, tant dans les niveaux pléistocènes que holocènes, démontrent l’absence de relation de causalité entre le talus de la chute d’eau orientale, l’outillage lithique et les structures archéologiques. Des similaritées technologiques ont été observées et comparées entre les produits lithiques non intentionnels des singes actuels et ceux provenants des anciennes fouilles. La comparaison entre la masse des percuteurs utilisés par les singes actuels et celle des galets de quartz utilisés, retrouvés dans les structures archéologiques, indique une évidente sélection d’origine anthropique dans la disposition des structures, avec ou sans restes de combustion. Du fait de la similarité entre l’outillage des singes actuels et celui (supposé) humain dans le passé, une double archéologie anthropique et simienne est le seul moyen d’éclaircir la vraie nature de la présence humaine pré-Clovis en Amérique du Sud.

New sedimentological and taphonomic analyses of a preserved bulk of Pedra Furada rock-shelter characterize the mixed origin of the filling, both from the sandstone wall and from the uppermost conglomerate layer. Statistical analysis of quantitative and qualitative data on waterfalls and archaeological assemblage, both dated from the Upper Pleistocene and Holocene, demonstrated no causal relationship among Eastern waterfall talus, lithic tools and archaeological structures. Technical similarities have been reported between extant monkeys unintentional flaking by-products and the lithic toolkit from the previous archaeological excavations. Comparison between present monkey’s hammerstones and the quartz elements recorded in archaeological structures point to a clear anthropic selection in the making of archaeological structures in the site, regardless of any association with charcoals. Because of the similarities between the present monkey stone-tools and the (supposed) human tool-kit, the inclusion of both human and primate archaeologies in an interdisciplinary research program is needed to clarify the nature of pre-Clovis presence in South America.