Selected Article

Title

Active tectonics in the Moroccan High Atlas

Description

Review of seismological and structural data coupled with new data on topographical, geomorphology, and Quaternary geology allows delineating the major active faults of the High Atlas. These are the North and South border faults of which fault segmentations correspond to ranging between 6.1 and 6.4. Detail active tectonics analyses were performed on the South Atlas Fault Zone in the Souss and Ouarzazate basins, where deformed Quaternary levels permit to estimate slip rates on individual faults in the order of 0.1 mm yr−1. Such low slip rates imply that large observational time-window is needed to analyze active deformation in low-seismicity regions. However, the complex 3D geometry of reverse or thrust faults may cause difficulty to relate surface observations with the deeper faults that have the potential to nucleate big earthquakes. Further studies are necessary to interpret the Anti Atlas seismicity

La révision critique des données sismologiques et structurales, associée avec l’acquisition de nouvelles données topographiques, géomorphologiques et sur la géologie du Quaternaire permet de situer les failles actives majeures du Haut Atlas aux niveaux des failles bordières nord et sud. La segmentation de ces failles suggère qu’elles ont le potentiel pour générer des séismes de 6,1 ≤ Mw ≤ 6,4. Des analyses détaillées de la tectonique active du front sudatlasique ont été réalisées dans les bassins du Souss et de Ouarzazate, où des niveaux quaternaires déformés permettent d’estimer des taux de glissement sur des segments de faille de l’ordre de 0,1 mm an−1. De tels taux démontrent la nécessité de considérer une fenêtre temporelle d’observation quaternaire pour analyser correctement la déformation active dans les régions à sismicité modérée. Cependant, la complexité de la géométrie 3D des failles inverses ou des chevauchements rend souvent difficile le lien entre les observations de surface et les failles profondes qui ont le potentiel pour nucléer les gros séismes. Des études ultérieures sont nécessaires pour interpréter la sismicité de l’Anti-Atlas.